FOCUSING À L’ÉCOLE

Manuel pour « dégager l’espace » à l’école, d’après Marta Stapert, 1997

 

Une petite histoire qu’un collègue m’a racontée au début de ce programme :

 

Michel, un élève, s’est blessé à la hanche à la gymnastique, le matin. Normalement , j’aurais dit : « Fais juste continuer et tu ne sentiras plus rien du tout.» Le reste de la journée il aurait été agité et aurait tout perturbé. A ce moment j’ai pensé : « Comment est-ce que je pourrais faire à la façon de Marta , et je lui ai dit : « Ta hanche te fait mal, n’est-ce pas? Est-ce que c’est grave? » Il m’a regardé, surpris et un peu sur la réserve. Je lui ai demandé : « Où sens-tu la douleur? » Michel a montré sa hanche et a dit : « C’est arrivé parce que Pierre m’a poussé. » Je lui ai dit : « Est-ce que tu peux sentir quelque chose en-dedans de toi à propos de tout ça? » Michel a dit : « Ici, dans mon ventre …mais ça ne va pas si mal » et il a couru rejoindre les autres enfants. Tout a bien été avec lui pour le reste de la journée.. Ça m’a sauvé beaucoup d’énergie.

 

Au début les professeurs craignent que ça prenne beaucoup de temps de donner cette sorte d’attention individuelle propre au focusing. Maintenant mes collègues ont découvert comme c’est facile et comme l’enfant et le professeur en viennent vite à une entente, sans perte de temps. Ce professeur a pu réagir ainsi après avoir suivi un cours de base en Focusing et participé volontairement à un projet de groupe qui vise à intégrer le Focusing et, particulièrement « le dégagement d’espace », à l’école.

 

BUTS

 

Les enfants peuvent apprendre :

- à entrer en contact avec leur conscience corporelle, ressenti corporel

- qu’ils peuvent inclure, intégrer leur ressenti corporel dans leur vie

- que ce ressenti a une vérité et un sens en soi

- comment faire face à leurs problèmes

- qu’ils n’ont pas besoin de nier leurs problèmes et difficultés,

- et qu’ils n’ont pas à s’y enfoncer

 

Exemple :

Pierre est tranquille et en retrait durant la matinée, d’une façon inhabituelle. Il ne peut pas se concentrer sur son travail. Le professeur lui demande de dessiner ce qui le distrait ce matin. Il dessine sa maison et la maison de ses voisins. Quand il se met à pleurer, le professeur est avec lui, en train de lui demander s’il veut lui dire quelque chose à propos du dessin. « Mon voisin va être enterré aujourd’hui. C’était mon ami. Nous sommes allés à la pêche ensemble. Il est mort subitement. » Ses larmes ont diminué. Le groupe demande l’attention du professeur. Elle lui demande alors de finir son dessin comme ça lui vient, s’il en a envie. Peu de temps après il a repris son devoir et a pu travailler de façon concentrée le reste de la journée.

 

Les enfants apprennent qu’ils peuvent se sentir triste, en colère, effrayé et que ça peut aider de les ressentir. Les enfants apprennent à dégager leur espace intérieur en mettant à l’extérieur leur ressenti corporel d’une difficulté en dessinant ou peignant la difficulté ou le ressenti de cette difficulté.

 

Léonard : C’est comme du feu dans mon ventre. Je ne sais pas ce que c’est. C’est rouge avec un peu de bleu.

Les enfants apprennent à savoir qui ils sont.

 

Suzanne : Maintenant que j’ai tout mis en dehors en dessinant tous mes problèmes, je suis Suzanne à nouveau. Mon père ivre est là sur mon papier et n’est plus en moi. Maintenant je suis normale comme tous les autres enfants.

 

Son image d’elle-même peut changer en mettant ce gros problème à l’extérieur d’elle.

 

Les enfants peuvent apprendre :

 

- à faire confiance à cet endroit à l’intérieur d’eux-mêmes qui connaît leur vérité et ce qui convient, ce qui est correct pour eux.

- qu’ils peuvent avoir eux-mêmes le contrôle sur ce qu’ils ressentent dans leurs propres situations.

- à mieux se concentrer sur ce qu’ils font.

- à demander de l’aide.

 

 

PRÉPARATION

 

Pour le professeur

 

On ne peut avancer qu’étape par étape. Prenez votre temps. Au commencement un tel projet n’est pas facile , surtout si vous vous attendez à ce que tout arrive tout de suite comme vous l’imaginez ou quand vous attendez des résultats immédiats.

Les enfants découvrent leur propre façon de faire parce que c’est nouveau. Certains enfants trouvent un espace tranquille en eux dès le début. Ils demandent comment faire tout le temps, parce qu’ils sont habitués à demander comment faire.

 

Faire du focusing dans un groupe est plus difficile à cause de toutes les distractions possibles. Ça demande un climat différent de celui auquel ils sont habitués.

 

Attitude de base du professeur :

 

Serait-il possible de commencer en vous adressant un bel accueil à vous-même, de créer un climat amical et accueillant en vous-même pour tout ce qui peut venir?

 

Votre propre focusing est l’attitude de base dans votre travail avec les enfants.

Être en contact avec votre propre ressenti corporel vous aide à faire ce que vous ressentez comme adéquat pour vous et l’enfant. Votre ressenti vous aidera à trouver une nouvelle façon de communiquer avec l’enfant . Votre écoute à partir de votre ressenti et vos reflets aident l’enfant à trouver ses propres solutions. Plus besoin de longs monologues.

 

 

 

 

Exemple d’un enfant avec un comportement difficile :

Benny arrive dans un nouveau groupe. Il dérange le groupe toute la matinée par des comportements inappropriés. Au terrain de jeu, il a menacé des enfants d’un couteau pointu. Que faire, Marta? Est-ce que ce n’est pas un cas trop compliqué pour utiliser l’attitude du focusing? Je n’ai pu qu’être stricte avec lui et lui rappeler les règles.

J’ai demandé : Tu as dû avoir une matinée terrible. Peux-tu sentir sur la base d’une écoute empathique ressentie ce que nous pouvons supposer qui se passe à l’intérieur de son petit corps? Elle dit : Il doit être très en colère, sans doute comme tout noir à l’intérieur. Ça doit être terrible pour lui d’arriver dans un groupe où les enfants se connaissent tous. Peut-être se sent-il très seul? Je lui ai dit de jouer avec les autres enfants et j’ai passé beaucoup de temps avec lui. » Je lui ai demandé : « Qu’est-ce que ça donnerait si on reflétait ce qu’il ressent? Tu te souviens de la magnifique phrase : « Il y a quelque chose en toi qui… » Et si on l’utilisait de façon répétitive.

Le lendemain, elle a dit que ce n’était pas facile avec lui mais qu’il était plus calme et qu’il l’écoutait.

 

Ressentir notre propre tension face à un comportement pénible d’un enfant rend souvent difficile de prendre du recul et de refléter ce qui se passe dans notre propre ressenti. Permettez-vous de sentir, chaque fois si votre relation avec l’enfant, l’aide à se développer. Il s’agit de créer un climat de sécurité; les enfants peuvent apprendre qu’ils ont leur vérité à l’intérieur d’eux-mêmes. Le professeur accueille respectueusement la connaissance intérieure de ce qui convient et la sagesse du ressenti de l’enfant à propos de quelque chose.

 

Environnement pour l’enfant :

 

Pour définir le moment du « « dégagement d’espace » vous l’écrivez au tableau à l’avance ainsi les enfants savent que ce moment particulier va venir, par exemple « Moi » ou « concentration » .

 

Guider un processus signifie tout d’abord créer un environnement sécuritaire et libre pour chacun. Séparer les tables et les chaises pour faire sentir qu’il y a de l’espace autour d’eux.

Présentation du programme

- Découverte des sensations dans le corps

- Prise de contact avec ce qu’on ressent en-dedans de nous

- Découverte du ressenti

- Découverte du ressenti et dessin de ce ressenti

- Ressenti à propos d’une bonne expérience et dessin du ressenti

- Dessiner à partir du ressenti tous les problèmes qu’on porte

- « Dégagement d’espace », tout le processus

Pour chaque étape vous prenez tout le temps nécessaire aux enfants, pas de course, de pression et d’attentes trop élevée. Quand les enfants ont réalisé facilement une étape vous pouvez passer à la prochaine.

 

 

CONSIGNES QUE LE PROFESSEUR PEUT DONNER AUX ENFANTS

 

Pour aider les enfants à sentir dans leur corps nous utilisons des mouvements et des exercices. C’est une phase de préparation. Plus tard vous pouvez utiliser ces instructions pour amener l’attention dans le corps.

 

Voici quelques exemples. Utiliser votre imagination pour faire d’autres choses. Les enfants apprécieront beaucoup.

 

- Piétinez puis touchez votre cœur pour sentir comme il bât.

- Levez vos épaules aussi haut que vous pouvez vers vos joues

- Serrez vos poings et sentez ce qui se passe dans votre corps

- Serrez les dents…Que ressentez-vous?

- Observez votre respiration et sentez avec votre main sur votre ventre comme ça bouge de haut en bas

- Sentez la différence entre inspirer et expirer

 

« Quelques-uns d’entre vous aiment respirer très fort. Sentez comme votre ventre se développe. Maintenant respirez doucement et profondément et sentez ce qui se passe. »

- Sentez ce qui se passe en-dedans quand vous imaginez que vous mordez dans un morceau de citron ou quelque chose de très sucré

 

Porter attention dans le corps

 

Le professeur peut donner les instructions suivantes :

 

- Sentez vos pieds en contact avec le sol

- Sentez que votre corps est assis sur la chaise et s’appuie sur le dossier

- Sentez, les yeux fermés, votre respiration, l’air qui entre et qui sort

- Devenez très tranquilles à l’intérieur et si vous voulez, fermez les yeux. Les enfants font du focusing souvent avec les yeux ouverts. N’insistez jamais pour qu’ils ferment les yeux.

 

Maintenant demandez aux enfants de se dire en-dedans : « Salut, cher enfant. » De cette façon les enfants apprennent à développer plus de respect pour eux-mêmes et créent un climat chaleureux en eux-mêmes.

 

Découvrir le ressenti à propos de quelque chose

 

Avec chaque consigne, dites aux enfants d’être patients avec ce qui vient dans leur corps et de vérifier ce qui vient à l’intérieur. Insistez sur le fait de prendre son temps parce que la sensation peut être très légère et vague au commencement.

 

Dites-leur que ce ressenti corporel peut avoir des histoires importantes à raconter, parce que le ressenti est toujours à propos de quelque chose.

 

- Tenez-vous comme un arbre, une rose, un nain, un géant.

- Imaginez quelque chose de dur, de mou, votre animal préféré, une personne que vous aimez beaucoup.

Découvrez le ressenti et dessinez-le

 

Demandez-leur de prendre du papier, des crayons de couleur et des crayons et de les placer sur leur table. Ce n’est pas du dessin comme d’habitude. Vous pouvez dessiner et vous n’avez pas à faire de très beaux dessins; vous n’avez pas besoin de gomme à effacer. Parce que vous saurez ce que ça signifie par votre dessin. Ils peuvent aussi utiliser l’autre côté de leur feuille ou en prendre une autre.

 

Ici, ils vont dessiner leur expérience, leur situation ou événement. Laissez-leur se demander à l’intérieur. Quelle est la couleur qui va avec cette expérience? Quel mouvement leur main veut-elle faire sur le papier? Imaginez-vous :

- Sur la plage

- En train de jouer avec votre ami,e

- En train d’écouter votre musique préférée

- Couché,e dans votre lit

Après chaque question vous pouvez demander s’ils sont conscients que porter attention aux sensations agréables les amplifient et donnent une sensation agréable. Soyez conscients que ces questions peuvent évoquer des sensations désagréables. Par exemple, un lit n’est pas nécessairement un endroit sécurisant pour un enfant (solitude, cauchemars). Dans ce cas, il est bon de leur donner une attention individuelle. Quand ils ont leurs yeux fermés, ne pas oublier de leur dire de les ouvrir pour dessiner. Sinon, habitués à obéir, ils peuvent attendre la consigne pour commencer.

 

Introduction du ressenti sur des expériences agréables et dessin du ressenti

 

Il s’agit de choisir des expériences davantage reliées à leur vie quotidienne.

« Aujourd’hui, nous continuons à apprendre comment vous pouvez faire plus que penser à des choses agréables. Nous avons déjà appris que nous pouvons sentir toutes nos expériences dans notre corps. Vous pouvez sentir de belles choses dans votre corps, dans votre ventre, dans votre poitrine. Quand vous faites l’expérience de choses agréables dans votre vie, vous pouvez sentir quelque chose dans votre corps en relation avec ces choses agréables. »

Qui a eu une expérience agréable? « Mon anniversaire… mon chat…

Maintenant imaginez comme c’était agréable…et quand vous vous sentez plus calme… vous pouvez sentir cette sensation agréable dans votre corps…Où le sentez-vous dans votre corps…?

 

Sentez comme c’est plus facile, les yeux fermés…Maintenant restons très tranquilles et écoutez en-dedans et dites à cet endroit qui ressent : « Salut, bonne sensation, àl’intérieur. » Quand quelque chose vient, prenez le temps de sentir quelle image, mot ou couleur la représente. Ce qui vient, dessinez-le sur votre papier comme ça vous pouvez le regarder et garder la sensation agréable avec vous. Ça n’a pas besoin d’être un très beau dessin. Juste comme ça vient, c’est beau…

 

Dessiner tous les problèmes à partir du ressenti

 

Nous avons aussi des choses désagréables, difficiles qui nous ennuient. Le corps est comme un grand pot qui les emmagasine. Et vous pouvez le sentir dans votre corps. Sentir et reconnaître ce qui se passe à l’intérieur nous aide à résoudre nos problèmes.

Commencer par un exercice d’identification de sensations : « Qui a parfois une sensation de tristesse, de colère, ou de tension, le matin quand vous partez pour l’école? »…Où est-ce que tu le sens?… Comment c’est dans ton corps?

« Nous allons porter attention en-dedans de nous, à ces sensations lourdes, difficiles et elles vont disparaître lentement. Parfois vous savez déjà à quelle situation cette sensation de lourdeur ou d’ennui se rapporte dans votre vie. Parfois vous avez juste la sensation et vous ne savez pas à quoi elle se rapporte. Alors vous pouvez attendre et écouter dans votre corps jusqu’à ce que quelque chose vienne, parce que cette sensation a une histoire à dire…Peu importe ce qui vient, c’est important de l’accueillir et de lui dire « salut ».

 

Puis vous pouvez dessiner le problème ou la situation…

 

« Dégagement d’espace », tout le processus

 

Aidez les enfants à porter leur attention dans leur corps. Demandez-leur de dire : « Salut, cher enfant!» Maintenant vous demandez en-dedans s’il y a quelque chose qui ne sent pas bien… quelque chose que vous avez vécu… aujourd’hui… hier… il y a longtemps… qui vous dérange encore…vous le sentez encore quelque part dans votre corps… prenez votre temps pour le dessiner…ou peut-être qu’il y a un mot, une phrase qui l’exprime bien…écrivez-le…ouvrez vos yeux pour le dessiner ou l’écrire… après l’avoir dessiner, retournez voir dans votre corps à l’endroit où vous sentiez la sensation et vérifiez si la sensation est un peu différente, maintenant. Souvent nous avons plus qu’une chose qui nous dérange… donc prenez le temps de voir en-dedans, les yeux fermés peut-être, s’il y a quelque chose qui vous fait vous sentir pas très bien, notez ce ressenti, s’il a une couleur et ouvrez les yeux et dessinez-le. Et vous pouvez continuer et chaque fois vous aurez comme plus de place à l’intérieur de vous. Après avoir dessiné chaque chose qui vous empêche de vous sentir bien, permettez-vous de sentir l’espace dégagé et de le dessiner si vous voulez, sur une autre feuille de papier, peut-être. Soi vous n’êtes pas prêt,e à sortir chaque chose et à le mettre de côté, vous pouvez promettre en-dedans de revenir.

 

Conclure après le « dégagement d’espace »

 

Décider quand le temps de dessiner est terminé, on peut inviter 4-5 enfants à parler de leur dessin. Après le partage des cinq enfants, le professeur demande s’il y a un enfant pour qui c’est important de dire quelque chose à propos de son dessin. Ainsi, un enfant qui travaille sur un problème difficile, ne se sentira pas mis de côté.

 

Les questions sur les dessins peuvent de préférence, être plus du type : « Qu’est-ce que tu veux dire à propos de ce que tu as dessiné? » ou « Peux-tu dire quelque chose à propos de ton dessin? » ou « Voudrais-tu dire quelque chose à propos de ton dessin? »

 

On peut conclure en écoutant chacun, ce qui aide les enfants à s’écouter dans une atmosphère de respect et d’empathie. Les enfants acceptent ce qui a été dessiné et partagé par les autres.